PROMO D’OCTOBRE : -15% avec le code : ZEN15

Lanterne Japonaise

Lanterne japonaise : Histoire et origine

Les échanges commerciaux et technologiques intensifs avec la Chine au cours du 11e siècle ont amené l’utilisation de lanternes au Japon, initialement utilisées à des fins rituelles.

Ces lanternes en pierre étaient utilisées dans les temples bouddhistes pour honorer le Bouddha : on peut encore les voir dans de nombreux endroits différents au Japon aujourd’hui, elles sont appelées ” ishidouru ” 石 灯籠 (lanterne de pierre). Tourou, 灯籠(とうろう) est le terme générique des lanternes traditionnelles japonaises.

Les principaux types sont les Ishidourou 石灯籠 (lanternes traditionnelles en pierre) et les Tsuridourou 釣灯篭 (lanternes traditionnelles suspendues). Au fil du temps, l’utilisation des lanternes s’est étendue aux temples Shinto, aux jardins et aux maisons des personnes aisées. Leur esthétique a commencé à évoluer, ce qui leur a donné un aspect différent des premiers modèles arrivés de Chine. Les Ishidourou utilisés dans les temples différaient sensiblement de ceux utilisés dans les jardins.

Ceux des jardins sont généralement plus petits et plus larges, tandis que ceux des temples sont hauts et stylisés. Ils sont généralement fabriqués en granit ; aujourd’hui, ils ne servent que de décoration et ne sont allumés que lors d’occasions spéciales. Les Tsuridourou 釣灯篭 (lanternes suspendues) sont une évolution des ishidourou.

La forme de l’espace où l’on met l’huile pour allumer le feu est similaire. Au lieu d’être fixés au sol par une colonne de granit, ils sont suspendus au plafond ; on ne les voit généralement que dans les temples.

Les célèbres Chouchin 「提灯 sont les lanternes utilisées pour les rituels, les cérémonies et les décorations (comme enseignes dans les magasins ou accrochées à l’extérieur d’une maison avec le nom de la famille). Les artisans qui les fabriquent utilisent des métiers à tisser en bambou et des feuilles de papier appelées washi sur lesquelles ils peignent à la main des dessins et des motifs. Au sommet, ils sont munis d’un crochet qui permet de les suspendre au plafond ou à une verrière. Les premières traces de son utilisation remontent à 1085, tandis que la plus ancienne illustration le représentant date de 1536. On peut les trouver pendant les matsuri d’été, les festivals folkloriques japonais, ou à l’extérieur de certains izakaya, ou tavernes japonaises. Dans ce dernier cas, on les appelle des lanternes rouges, akachōchin (赤提灯) en japonais.

Le washi est un type de papier utilisé au Japon. Il s’agit d’un papier fait à la main, d’une excellente facture et texture, fabriqué à partir des fibres végétales du mûrier à papier ou parfois d’autres fibres naturelles (certains utilisent également le chanvre, le riz ou le bambou). Originaire d’une petite et ancienne province du Japon appelée Mino, le papier Washi a toujours été apprécié, non seulement pour sa bonne qualité et sa résistance, mais aussi pour sa capacité à bien filtrer la lumière. Les lanternes sont donc un élément fondamental et caractéristique du décor oriental et au Japon, il est facile de les considérer comme un élément typique.

La famille Haba, également originaire de la province de Mino, est l’une des rares familles qui fabriquent encore ces lanternes spéciales de manière entièrement artisanale. Haba Hideki poursuit l’engagement de sa famille à préserver avec soin et dévouement et à transmettre cette méthode ancienne et traditionnelle de fabrication et de production à la main.

Les lanternes sont censées être le lieu de repos sûr et heureux des esprits qui nous guident. Pendant le festival japonais des lanternes flottantes, différents types de lanternes sont lâchés pour commémorer les êtres chers qui sont décédés. Parfois, des messages y sont joints, qui passent d’un monde à l’autre via les lanternes, circulant sur un tapis de faibles lumières vacillantes.

You cannot copy content of this page